Text

Cher toi/

Je suis venue te chercher dans la nuit.
La chaleur d’un corps.
Parce que tu étais là.
J’ai pensé à tes gestes ailleurs, à ta bouche ailleurs, à ta langue ailleurs, à ta voix ailleurs, à ton souffle ailleurs. Est ce que tu dis des choses là bas quand tu fais l’amour? est ce que tu gémis, est ce que tu chuchotes, est ce que tu susurres, est ce que tu te tais, est ce qu’elle te libère, est ce qu’elle t’évoque, qu’est ce qu’elle dit de ton grain de beauté sur ta fesse, est ce qu’elle te révèle? est-ce que tu jouis dedans ou dehors, une fois ou plusieurs?
Je l’ai oubliée un temps.
Le temps de ta chaleur.
Le temps qu’on baise.
On ne baise jamais.
On fait les dimanches.
On fait les fins de mois.
On fait à la petite semaine.
On fait pour faire.
On racle nos à valoir.
On s’imagine qu’on en a pris pour 20 ans, comme ce putain de crédit.
On se trimballe nos échéances
On ne fait plus rien
depuis longtemps.
Aujourd’hui j’ai eu besoin d’éprouver.
Me mettre en vie.
On verra plus tard
nos restes.
Cher toi.

Photo
i-bl:

Yoshinori Mizutani

les joies de Tumblr : tu postes une évocation et t’as faismoijouirsalope qui rapplique avec son nombril coïtal à 2 balles

i-bl:

Yoshinori Mizutani

les joies de Tumblr : tu postes une évocation et t’as faismoijouirsalope qui rapplique avec son nombril coïtal à 2 balles

Photo
Yoshinori Mizutani

Yoshinori Mizutani

Text

Cher toi /

J’ai appris ton langage.
J’ai appris ce que tes mots veulent dire au fil du temps.
Parfois ils disent autre chose que ce qu’ils racontent.
On se connaît si bien que nous ne devrions même pas parler pour ne pas en dire trop mais nous en sommes incapables.
La peur sûrement que le vide nous saisisse en plein silence.

Text

Cher toi/

Je me suis foutue du rouge à lèvres.
Du rouge vif.
J’ai viré mon soutien gorge
Je n’ai pas de seins ou si peu
mais sous mon tee shirt léger d’été, on les devine, ils répondent au vent, le vent vient au désir qui va malgré moi.
Et malgré moi, j’ai l’air d’être une femme.
C’est suffisant pour aujourd’hui.

Text

Cher toi /

Je suis venue te chercher dans la nuit.
Je n’ai pas pu ne pas penser à tes gestes ailleurs, à ta bouche ailleurs, à ta langue ailleurs, à ta voix, à ton souffle. Est ce que tu dis des choses ailleurs? est ce que tu gémis, est ce que tu chuchotes, est ce que tu susurres, est ce que tu te tais, est ce qu’elle te libère, est ce qu’elle évoque, est ce que pire elle te découvre.
Je l’ai oubliée un temps.
Le temps qu’on se retrouve.
Le temps qu’on baise.
On ne baise jamais.
On fait les dimanches.
On fait les fins de mois.
On fait à la petite semaine.
On fait pour faire.
On racle nos a valoir.
On ne fait plus rien
depuis longtemps.
Autant se perdre avec le goût.
J’ai besoin d’éprouver.
Tu n’as rien compris.
Il n’y a rien a comprendre.
Vivre, c’est bien aussi
parfois.

Text

Cher toi /2

3ème jour.
Je pleure dans les chiottes de l’hôtel
Je pleure dans les chiottes du restau.
Je pleure dans les vagues.
Je pleure quand je peux.
Le reste du temps, je pleure sur demain

Text

Cher toi / 2

Tu ne t’en rends pas compte.
Mais je fouille tout.
Je me fais du mal quand je trouve.
Je me fais du mal quand je ne trouve pas.
Je me fait du mal comme je peux.
Je sais faire.
2ème jour de vacances.
A chaque fois que tu te connectes mon cœur s’emballe et je me demande quelle est ta trahison, depuis combien de temps elle dure, si c’est la seule ou sinon combien y en a t-il eu.
Je regarde ton visage, je le scrute, je hais le moindre sourire caché d’une connivence souterraine quand ici il ne se passe rien.
Les enfants ne se rendent compte de rien.
S’ils savaient quand ils mangent leur glace combien j’ai envie de les abandonner. Et aussitôt j’ai honte, je culpabilise et j’ai peur.
Et eux dans tout ça?
J’aimerais que tu partes.

Text

Hier elle m’a demandé, maman c’est quoi le plus beau jour de ta vie.
Je lui ai répondu le jour où je t’ai vu pour la première fois.
Enfin non. Pas vraiment.
Le jour où j’ai senti ton odeur.
Le jour où ta peau contre la mienne
Le jour où ton sourire
Le jour où maman dans ta bouche
Le jour où tu as marché vers moi
Le jour où tu t’es mis de la carotte partout
Le jour où ton rire
Le jour où tes mains caressent
Le jour où tes yeux pétillent
Le jour où je t’aime plus grand que la planète
Le jour où tu danses Thomas Fersen
Le jour où ton premier amour
Le jour où ton dessin
Le jour où tes yeux face a la mer
Le jour où toi.
Le plus beau jour de ma vie c’est toi.

Text

Marie elle a lu dans un livre qu’il y a des chemins qui se font tout seul, ceux que les pas des marcheurs empruntent, quand ils viennent et reviennent, et finissent à force, par faire naître un sentier de leur passage.
Ces chemins ils portent un nom : les lignes de désir.
Marie elle trouve ça très beau, même si elle ne sait pas vraiment ce qu’est le désir.
Elle comprend juste que parfois, les choses naissent malgré elles et finissent par s’imposer le plus naturellement qu’il soit, tellement, qu’on finit par leur donner un nom.
Marie elle se demande si au ciel c’est pareil.
Si les étoiles empruntent les mêmes routes et finissent par créer un désir là haut.
Et peut être que les étoiles voudront bien partager une ligne de désir jusqu’à elle, maintenant que Marie elle sait qu’il y a des lignes de désir.
Cette nuit, elle regardera.
Toute la nuit s’il le faut.
Peut être que ses pensées jusqu’au ciel ont fini par créer des chemins et qu’il faut juste savoir les regarder.