Link

i-bl:

Tout ça a commencé bêtement faut dire.

Il m’a dit si t’as pas lu Duras t’as rien lu dans ta vie.

D’habitude je m’en contrefous de ce qu’on me dit. Qu’on vienne pas m’emmerder à me dire ce que je dois lire ou pas lire. Quand tu vois ce qu’on te propose hein, mon œil.
Tiens, la dernière fois j’ai…

persodivista merci, ça me va parfait
Text

Comment tout a commencé avec Duras, si tu veux savoir

Tout ça a commencé bêtement faut dire.

Il m’a dit si t’as pas lu Duras t’as rien lu dans ta vie.

D’habitude je m’en contrefous de ce qu’on me dit. Qu’on vienne pas m’emmerder à me dire ce que je dois lire ou pas lire. Quand tu vois ce qu’on te propose hein, mon œil.
Tiens, la dernière fois j’ai jeté un œil sur les couvertures des magazines littéraires « les 10 meilleurs livres de la rentrée », « ce que vous ne devez pas louper » etc etc. Tu parles, une horreur !
Y en a ras le bol qu’on nous dise ce qu’on doit faire ou pas faire, quand tu vois où ça mène, pardon hein, mais y’en a quand on leur dit de payer des trucs une fois deux fois trois fois et qu’ils sont prélevés sur leur salaire, leur maison ou je ne sais quoi encore, bin y en a d’autres on dit phobie administrative et hop ni vu ni connu ça passe.
Tiens donc.
Deux poids deux mesures.
Et moi je pèse déjà pas grand-chose
qu’est ce que tu veux que j’aille foutre chez Duras.

Mais bon, là c’est pas pareil.
Celui qui me l’a dit, je l’aime bien.

J’ai commencé par Dix heures et demie du soir en été.
Juste parce qu’on était en été.
Tous les soirs je l’ai lu vers 22h30 pour voir si ça rajoutais pas un truc à l’histoire.
Cinq mois que j’ai mis à le lire !!!
parce que 22h30 quand tu t’es tout tapé ta journée, bin tu t’endors au bout de quelques pages.

J’ai aimé, sans plus, en plus il s’est jamais rien passé.

Et puis Le marin de Gibraltar.
Alors là, excusez-moi du peu mais c’est pas pareil.
Pas pareil du tout.
Je crois même que ce livre, il va changer le cours de mon existence.

Photo
hexa’gone et séniletoriales

hexa’gone et séniletoriales

Text

En ce moment, je suis sur la page 285 de Duras

Bin tu vois, pas sûre que le cours de mon existence n’ait pas changé.
C’t’a cause de cette idée a la con d’un coup de jouer à la fille parfaite. Pas trop d’efforts à faire tu vas dire mais quand même un peu.
Si si.
Je me suis foutue dans la tête de bien m’organiser. Penser aux repas de la semaine, jouer les Francine à gâteaux les dimanches pour que ma fille ait des goûters maison le lundi, tout ranger de suite au fur et a mesure pour pas que ce soit trop le bordel, faire plein de lessives, repasser des trucs, enfin tu vois, ce genre de truc a la con hyper chronophage qui commence à m’emmerder.

2 semaines que ça dure.
Je m’inquiète pas, je sais que ça va pas durer parce qu’on ne peut pas lutter contre sa nature et la mienne elle est plutôt hors cadre que cadrée. Bientôt ça va vriller.
Bonheur.

En même temps j’ai pas le choix en ce moment c’est un peu solo.
(ce qui va suivre est une fiction. Je le dis pour les potes qui me croisent et qui me font tout un pataquès d’inquiétudes sur mon couple, ma vie, mes désœuvrements. Si je dis que j’ai 5 amants et qu’ils commencent à me les briser menu menu tellement que le 6eme va pas tarder, bin tu vois, c’est de la fiction pour les besoins du scénario).
Bref.

Donc après avoir tout briqué, (même les vitres putain de folie), fait le petit gâteau foiré du dimanche, je dis à mon Jules (il est pas là, tu vois bien que je dis des conneries) :
Dis moi, si tu devais changer de vie, tu deviendrais marin autour du monde ou tu achèterais une station service entre Sète et Montpellier?
Hein?! pourquoi tu demandes ça?
Non mais, si tu devais?
Je vois pas là.
Non mais parce que je lis Duras en ce moment, enfin j’essaie mais avec tout ce que j’ai à faire hein, j’ai pas trop le temps ou quand je l’ai je suis crevée. Ça parle d’un marin tout ça tout ça. On sait jamais il est où, elle l’attend et tu vois l’attente bin c’est le désir. Et page 285 il a acheté une station service entre Montpellier et Sète, elle dit Duras. C’est fou non? Toi tu ferais quoi?
Bin je sais pas mais je crois que je partirais.
Ah.
Oui moi aussi.
Mais tu partirais parce que pompiste ça t’emmerde ou parce que t’as envie de partir?
Non mais j’y comprends rien à ta question.
Quoi? tu veux pas répondre?! Je te demande si oui ou non tu partirais sur les mers ou tu resterais entre Montpellier et Sète? c’est pas compliqué non?!
Bon bin je partirai.
Ah d’accord.
Et moi?
Tu m’as pas demandé!
Ah ouais, toi je te dis un truc et tu sautes sur l’occas pour te barrer. Putain je me tape tout ici et toi des que tu le peux, vlan, tu me plantes comme une conne et tu te casses. Bin tu sais quoi, casse toi sur ton bateau à la con, et prends tes chaussettes qui traînent avec, morveu. Non mais je rêve!

Photo
Quand elle écrit sa 1ère histoire

Quand elle écrit sa 1ère histoire

Photo
Parfois, Dostoïevski

Parfois, Dostoïevski

Link
Text

Hauts les cœurs
bats les mains
il dit sans
discernement
le jour d’avant est resté sur un arbre
Vieille branche
tu dérailles
mais tes mains ouvertes
cueillent encore la pluie
quand il ne pleut pas
toujours

Text

Lis entre les lignes des messages en absence.
Il n’y a rien.
Vraiment rien.

Text

Je me force à ne pas lui écrire
ni a regarder s’il m’écrit.
Je m’absente du manque.
Et j’attends le prochain rendez-vous.
Pour qu’on se perde encore.