Text

mon père il avait un coffre chez lui.
mon père il aimait sûrement mes petits cadeaux
mon père il les rangeait dedans
à double tour
peut être qu’il avait peur qu’on les lui vole
peut être qu’il les sortait parfois
peut être qu’il ne les sortait jamais
quand il est rentré dans la boîte
on n’a jamais su
le coffre ouvert
plus rien dedans
peut être que les cadeaux d’amour
quand ils ont du chagrin
rejoignent les étoiles
eux aussi
et jouent a cache cache
autant de fois
qu’on les a caché

Link

i-bl:

Parfois, je monte dans un tram alors que je vois bien qu’il ne s’agit pas du bon mais j’essaie quand même au cas où ce serait lui qui se serait trompé,
Parfois, quand j’achète quelque chose alors que je sais très bien qu’il ne le faut pas, je suis tentée de taper un autre code que celui de ma…

parfois je n’ai rien à dire de plus

Text

Hier, j’ai attendu son appel pendant des heures. j’ai fais comme les gosses : m’en suis remise aux signes des si. Si la première voiture que je vois est paire, il m’appelle bientôt, si le chat de ma collègue est mort ce weekend il m’appellera, si c’est de la viande et pas du poisson au bistrot aussi, si j’éteins mon portable et que je le rallume aussitôt peut être que, s’il n’y a pas de contrôleur dans le tram, il viendra. Rien n’est venu.
Alors quand le téléphone de ma voisine de tram s’est mis a sonner, je lui ai pris des mains et j’ai répondu.
Mais non, c’était bien pas pour moi cet appel.

Photo
i-bl:

fais l’inventaire

non-exhaustif un inventaire pour un non exhaustif c’est charmant.
#quand Tumblr provoque une poésie circonstancielle

i-bl:

fais l’inventaire

non-exhaustif un inventaire pour un non exhaustif c’est charmant. #quand Tumblr provoque une poésie circonstancielle
Text

mes désirs sont désordres

Tags: dimanche
Photo
fais l’inventaire

fais l’inventaire

Link

chloechaz:

i-bl:

C’est peut être
dans ce parfum
d’immuable
que la pierre
tenait ma poitrine
au chaud.
C’est peut être
le tien
qui me gardait
le plus au bord
des intimes
à la juste frontière
des pudeurs
où chaque don
où chaque réserve
s’accrochaient
péniblement
dans un présent
inquiet.
C’est…

❤️

merci chloechaz
Text

Feu pour feu, Carole Zalberg

J’en fais le serment alors : une fois là où nous pourrons être en vie sans avoir a justifier, détailler, exhiber la moindre seconde nous ayant conduits avec tant d’autres a l’exil, plus jamais je n’emprunterai le chemin des mots qui me ramènent au drame. Nous serons neufs et tu auras le droit de croire aux promesses du monde.

Photo
dedicace à Carole Zalberg pour son très beau roman Feu pour feu. De ceux qui restent en soi, longtemps.

dedicace à Carole Zalberg pour son très beau roman Feu pour feu. De ceux qui restent en soi, longtemps.

Text

C’est peut être
dans ce parfum
d’immuable
que la pierre
tenait ma poitrine
au chaud.
C’est peut être
le tien
qui me gardait
le plus au bord
des intimes
à la juste frontière
des pudeurs
où chaque don
où chaque réserve
s’accrochaient
péniblement
dans un présent
inquiet.
C’est peut être
nos ombres
qui se parlaient
entre elles
obstinément,
nos présences
tenues
en échec
de toute tentative.
Peut être qu’elle
est restée
en moi
si forte
qu’une fois
l’éternité a ta porte
c’est bien droite
que je suis venue
poser la mienne
sur ton lit
ma présence
pour certitudes